Skip to main content

Journée mondiale du recyclage : comment donner une seconde vie aux objets du quotidien ?

By 17/03/2021Blog

Depuis ces dernières années, et particulièrement à l’heure de la crise sanitaire, les Français ont bouleversé leurs comportements d’achat. Ils sont de plus en plus nombreux à privilégier les circuits courts en achetant des produits locaux. Le Made in France a lui aussi tiré son épingle du jeu et séduit de nouveaux consommateurs.

Face aux restrictions, certains consommateurs ont fait le choix de se diriger vers des produits de seconde main, directement issus de l’économie circulaire. 

L’objectif de ce mode de consommation ? Réduire au maximum les achats neufs en favorisant des produits plus responsables.

LES NOUVELLES ATTENTES DES CONSOMMATEURS

Désormais, les consommateurs veillent à leurs habitudes de consommation.

Selon une étude réalisée par l’institut d’études marketing C-Ways en juin dernier, 35% des français souhaitent que les attitudes de sous-consommation adoptées pendant le confinement s’inscrivent dans la durée. Plus encore, 19% affirment avoir pris conscience du caractère futile de certains achats.

La jeune génération est quant à elle plus soucieuse de consommer des produits éthiques et durables. Les 18-24 ans sont plus enclins à 40% à réduire leur consommation alors que les plus de 65 ans sont encore réticents à l’idée de changer leurs habitudes de consommation.

En situation de crise sanitaire, les périodes de confinement semblent avoir entraîné des mutations profondes concernant les comportements des français. Pour la plupart d’entre eux, la variable prix reste le premier critère lorsqu’ils réalisent des achats. 

ZOOM SUR L’UPCYCLING

Encore assez méconnue des Français, la tendance de l’upcycling n’est pourtant pas nouvelle. Ce mode de consommation consiste à redonner de la valeur à des objets initialement destinés à être jetés. Grâce au recyclage, les objets sont ainsi transformés afin d’entamer une seconde vie.

Plus d’un Français sur deux a aujourd’hui l’intention d’acheter un produit issu de l’upcycling. 86% de ceux qui ont déjà tenté l’expérience ont l’intention de la renouveler*.

Même si l’upcycling existait préalablement au Covid19, la pandémie a servi d’accélérateur de prise de conscience. Une manière de continuer de consommer tout en veillant au respect de la planète grâce à la valorisation des déchets.

L’ESSOR DU MARCHÉ DE LA SECONDE MAIN

Les services tels que Vinted, Ebay, Le Bon Coin ou encore Backmarket ont largement participé à la popularisation du marché de la seconde main. Avec le confinement, la vente en ligne entre particuliers a plus que jamais été au cœur des achats des français.

En plus d’être économique, ce marché de la seconde main offre aux consommateurs un aspect pratique grâce à la commande en ligne. Ces plateformes simples d’utilisation et sécurisées permettent à leurs utilisateurs de réaliser des achats au quotidien. Vêtements, bijoux, accessoires, meubles, objets de décoration ou encore électronique, il y en a pour tous les goûts.

D’autant plus que la conscience écologique motive les consommateurs à se diriger vers le marché de la seconde main. Une façon de se faire plaisir à moindre coût, et surtout sans culpabiliser !

DES MARQUES QUI SE MOBILISENT

Alors que les industries agroalimentaire et textile sont aujourd’hui les plus polluantes, certaines marques s’engagent à réduire leur empreinte écologique.

C’est le cas de La Redoute qui a lancé en février dernier sa plateforme “La Reboucle” pour proposer aux particuliers d’acheter des produits de seconde main. “Achetez, vivez, revendez”, c’est le crédo de ce nouveau service qui mise tout sur l’économie circulaire. Une initiative qui permet d’allier pouvoir d’achat et conscience environnementale.

Le secteur du luxe commence à son tour à investir dans l’économie circulaire. 

Des enseignes comme Vestiaire Collective et Vide dressing se sont spécialisées sur ce segment afin de permettre aux passionnés de mode d’avoir accès à des marques de luxe telles que Chanel, Celine ou Dior, à des prix plus accessibles qu’en boutiques.

Une chose est certaine, la tendance de l’upcycling et de la seconde main n’est pas prête de s’arrêter. Face à une crise sans précédent, les marques n’ont d’autres choix que de proposer à leurs consommateurs des produits plus responsables et durables.

C’est notamment le cas de PILOT qui propose depuis 2006 des stylos recyclés Begreen pour réduire son impact environnemental. “Moins de matières premières, plus de matière grise”, c’est la promesse annoncée par la marque qui mise sur l’utilisation du plastique recyclé. PILOT met également à l’honneur les recharges qui nécessitent moins de matières premières que pour fabriquer un stylo.

Par ailleurs, Andros a lancé en octobre dernier la première gourde recyclable.

Avec une empreinte carbone réduite de 25% ainsi que des emballages cartons certifiés FSC, Andros s’engage durablement en faveur du recyclage.

À noter également que la marque s’était déjà lancée sur le créneau de la seconde main avec sa gamme Kidifruit. Au programme, une série d’épisodes sur Youtube pour inciter au réemploi des pots de fruits mixés.

Une saga qui met en scène les deux personnages de la marque Kidi & Alpi afin de faire évoluer les comportements des plus jeunes le plus tôt possible !

* Chiffres issus de l’étude YouGov

PARTAGER CET ARTICLE